Vous êtes ici

Imprimer

Votre réno-blogeuse : Marie-Pierre Bouchard

En guise d'introduction, Marie-Pierre Bouchard raconte son parcours de locataire et de propriétaire, et comment elle est devenue, par la force des choses, une rénovatrice éclairée et aguerrie.
Par 
Marie-Pierre Bouchard

 

D’est en ouest, de déménagement en aménagement...

Au cours des quinze dernières années – à la ville comme à la campagne, de Vancouver à Montréal – j’ai vécu dans une grande variété de logements, de condos et de maisons. Dans ma jeunesse, j’ai loué avec d’inoubliables colocataires des appartements « avec cachet » aux planchers croches et aux murs mal isolés. Plus tard, avec mon amoureux, on a fait construire une petite maison de campagne; le contracteur nous offrait cinq choix parmi ses maisons-modèles et nous avions opté pour « la deuxième plus abordable ». Trois ans après, nous avons tout vendu pour partir à l’aventure. La vie nous a menés au centre-ville de Vancouver, là où l’immobilier atteint des sommets surréalistes. C’est donc au bord du Pacifique que nous avons d’abord été locataires d’un minuscule condo avec vue sur une marina, au douzième étage d’une tour entièrement vitrée; deux bébés plus tard, nous avons migré vers une étroite maison de ville sur trois étages. Ces deux derniers logements étaient des constructions récentes, relativement modernes... et extrêmement restreintes au niveau de l’espace en plus de manquer de personnalité. Puis, sans avoir investi dans ce marché de la surenchère qui ne faisait qu’augmenter année après année, nous avons finalement quitté Vancouver.

Montréal : mon choix

C’est ainsi qu’après sept belles années passées entre océan et montagnes, c’est à Montréal que j’ai choisi de revenir vivre. Les raisons sont multiples, pas nécessairement rationnelles, mais elles me parlent. C’est une question d’appartenance, de contrastes, de culture. J’y reviendrai ultérieurement, mais en attendant vous pouvez toujours lire ce billet issu de mon blogue personnel.

Essentiellement, j’ai choisi Montréal parce que c’est une ville stimulante sur tous les plans. C’est un endroit paisible où il fait bon vivre en famille, et je souhaite que mes enfants s’imprègnent de son ouverture et de sa multiplicité.

Fabriquer son propre nid

Reste qu’ici, même si les maisons sont plus abordables qu’à Vancouver, leur cachet ancestral ne suffit pas toujours à cacher le poids des années qui les écrase. Nous avons cherché à acheter un cottage montréalais déjà rénové, mais ce qu’il y avait alors sur le marché était généralement hors de prix, ou n’avait été restauré qu’en surface, laissant présager une multitude de vices cachés. Pourtant, malgré tout, le style architectural de Montréal, avec sa brique rouge et ses escaliers en fer forgé, n’en finissait plus de nous charmer. C’est ainsi qu’a germé l’idée d’adapter un bâtiment selon nos goûts et nos besoins, à notre façon, en laissant libre cours à notre imagination.

Ne reculant devient rien, prêts à entreprendre un projet d’envergure, nous avons acheté un duplex centenaire n’ayant jamais été rénové. Armés d’un ardent désir de nidification après tous ces déménagements et inspirés par l’architecture moderne et lumineuse de la côte ouest, nous nous sommes lancés dans un projet ultime: transformer entièrement cette antique bâtisse typiquement montréalaise pour en faire une maison spacieuse et lumineuse, au design contemporain et ergonomique.

On s’est fait traiter de fous ! Et en cours de route, on a souvent frôlé le découragement. Car le défi était de taille, c’est le moins qu’on puisse dire. Mais il y avait cette force créatrice qui nous animait. Nous ne sommes ni architectes, ni designers, mais une partie de nous souhaitait jouer les visionnaires urbains et créer un petit bijou de cottage qui nous ressemble. Cette envie de façonner un espace de vie à notre image, c’était plus qu’un projet, c’était pour nous la réalisation d’une œuvre.

Un an plus tard, le projet est à peu près terminé, et j’ai la satisfaction d’affirmer que l’aboutissement est à la hauteur de nos aspirations. Et comme je suis passée, de la cave au grenier, par toutes les étapes possibles et imaginables en termes de rénovations, il me fera plaisir de partager ici cette expérience extrême, riche en apprentissages techniques, archéologiques, esthétiques, psychologiques, et j’en passe ! Humblement mais avec conviction, j’espère guider et inspirer les Montréalais dans leurs petits et grands projets.

Commenter
|
Partager